Actualités


 
Philippe Gosselin dénonce une forme d’acharnement « anti-familles » du Gouvernement

Dans la perspective du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2015, le Gouvernement propose encore de faire des économies sur le dos des familles et des classes moyennes.
Philippe Gosselin, Député de la Manche, dénonce « une politique au fil de l’eau et l’absence de vision familiale ambitieuse et cohérente ».
« Il y a quelques mois déjà, sous prétexte de promouvoir l’égalité hommes-femmes, le Gouvernement réduisait le congé parental. Aujourd’hui, avant même son entrée en vigueur (3ème modification en 18 mois !), cette réforme serait déjà revue, et le congé parental serait désormais limité à 18 mois si un seul des parents le sollicite. C’est très hypocrite car, selon toute vraisemblance, les hommes ne prendront pas ce congé parental. C’est d’ailleurs en faisant ce pari que le Gouvernement annonce des économies à hauteur de 400 millions d’euros par an. C’est faire de l’égalité à très bon compte… »
Sans mettre en cause la volonté de réaliser des économies, Philippe Gosselin s’interroge. « Pourquoi supprimer une politique familiale qui, en Europe, fait notre force ? Alors que la question des modes de garde se pose toujours, pourquoi ne pas remettre à plat l’accueil de la petite enfance ? Développer, par exemple, les micro-crèches ou les maisons d’assistantes maternelles sont des pistes sérieuses. Pensons aussi au départ en retraite de nombreuses assistantes maternelles qu’il va falloir remplacer.»
Entre ces diverses mesures annoncées par le Gouvernement, la reconnaissance à venir des enfants nés de mère porteuse à l’étranger et le laisser-faire sur la PMA pour les couples de femmes, le député estime qu’il est urgent de se faire entendre.
« C’est la raison pour laquelle je participerai au rassemblement dimanche prochain à Paris, à l’appel de la Manif pour Tous. Les familles, qui sont les vaches à lait du Gouvernement, seront présentes en masse. Il est important que l’opposition et l’UMP s’engagent aussi sur tous ces sujets. La rénovation de notre mouvement politique comme celle de notre pays ne saurait se faire sans des convictions fortes, bien sûr dans le respect des autres, mais claires. C'est ainsi et seulement ainsi que nous pourrons retrouver la confiance de nos concitoyens. » conclut Philippe Gosselin.

      Suivants >>